Week-end automnal sur l’Île de Ré
Voyages

Thalasso, ville, mais surtout nature sauvage et belles balades solitaires

Ghislain (43), Amélie (40), Lalie (13) et Romane (9)
Equipement : Canon Eos 550D + DJI Osmo mobile 2 + Samsung S8

 

Habitués de La Rochelle dès que l’on a besoin de voir la mer, j’avais d’ailleurs poussé Romane jusqu’à l’Île d’Aix sur les dernières terres foulées par l’empereur. Cependant, depuis longtemps, l’Île de Ré s’offrait à nous sans que l’on franchisse le célèbre pont.
A l’occasion d’un cadeau d’anniversaire, j’embarque tout la famille pour l’île sans en connaître grand chose.
Les quelques recherches promettent des bouchons sans fin l’été, ça tombe bien c’est l’automne… nous devrions être plus tranquille et c’est le temps que l’on aime.

 

Pas de jetset à Saint Martin de Ré

 

La découverte débute par un jeu de piste dans la très tranquille ville de Saint Martin, mois de novembre oblige. Passé l’office de tourisme pour s’équiper, on arpente la ville façonnée par Vauban, une de plus (ce qui me rappelle que j’aimerais revenir à Camaret en Bretagne), au rythme des énigmes à résoudre.

 

Le petit port de plaisance ne peut pas se comparer à St Tropez mais le vieux port de pêcheurs a lui aussi bien changé avec les années. Nous échapperons aux paillettes de l’été et c’est très bien ainsi.

 

Vieux port, vieilles rues, vieilles maisons… on croise tellement peu de personnes que l’état général pourrait laisser penser à une ville fraîchement abandonnée en période d’apocalypse.

 

 

Nous montons dans le clocher observer la ville mais le plus étonnant est la présence d’une horloge au sein de l’église. Nous sommes tellement habitués à se faire dicter nos vies par les aiguilles que l’on ne se rend pas compte de l’incongruité de cette présence. Et pourtant, cette rareté a son explication. Elle permet aux marins de suivre les marées et de prendre la mer au meilleur moment… il y a bien longtemps.

 

 

Notre parcours nous mène sur une place qui change de nom en même temps que la France change de régime : Place Louis XV, Place royale, Place nationale, Place de la République.

La place en question accueillant des casernes militaires, elle se devait d’être irréprochable sur son nom… aussi hypocrite que rigolo, un vrai témoignage historique de fidélités changeantes. Le jeu d’énigmes s’arrête brutalement car un rendez-vous bien plus important nous attend.

 

Moments entre gonzesses en Thalasso

 

 

Sainte Marie de Ré n’est honnêtement pas la ville qui a le plus le grand intérêt. Après avoir en partie englouti quelques pizzas aux ingrédients qui sentent la décongélation, la vraie raison de notre présence l’emporte. Partie du cadeau, nous rejoignons Thalasso Atalante, un des établissements spécialisés de l’île.

 

Autant dire que je ne suis pas dans mon élément mais les filles sont enchantées. On nage, on fait un peu d’exercice, on se fait suer au hammam et au sauna… pas de mal voire même un peu de bien, mais content de quitter les lieux, heureux des sourires autour de moi… Mais heureux d’en avoir fini… pas ma culture.

 

L’autre île de Ré, celle qui nous plaît

 

Le soir nous rejoignons Loix, un petit village, sur une presqu’île, éloigné au centre de l’île. Après un été en Irlande à écumer les AirBnB, j’avais envie de rencontre, je suis parti cette fois sur un B&B : le Clos des Marais. Les filles sont heureuses de bénéficier de leur propre logement (contigu au nôtre) autour d’une piscine hors saison et sous la pluie… mais l’essentiel est bien de se retrouver seules sans les parents sur le dos… et ce n’est pas plus mal pour nous.

Au demeurant, nous sommes super bien accueillis et pouvons nous taper la discut’ avec plaisir (que je crois réciproque). Sur la recommandation de nos hôtes, nous choisissons un excellent restaurant au centre de l’île. Le matin on remet ça. Me voilà à parler chasse, ce qui est très éloigné de mes valeurs mais du coup très intéressant.

 

 

Dernier jour : j’ai envisagé beaucoup de visites : le fameux clocher d’Ars en Ré, la réserve naturelle de Lilleau des Niges ou tout simplement une balade en vélo (la pluie n’était pas d’accord avec cette idée). Ici intervient tout l’intérêt de loger chez l’habitant. Nous avons finalement privilégié ce que nous aimons, les plages sauvages : Loix près de la pointe du Fier.

 

Nous y voici parfaitement à l’aise, seuls, à arpenter toute sa longueur sous le précieux vent marin. La modeste fraîcheur nous vivifie pleinement. Je ne sais pas ce que vaut l’île de Ré l’été, on nous l’a déconseillée pour ses embouteillages (et ses touristes parisiens), mais là, au mois de novembre, nous sommes à notre place.

 

Nous partons ensuite pour le célèbre phare des baleines, sur une des pointes Ouest de l’île. Les filles se plaignent évidemment du nombre de marches mais finissent par jouer le jeu avec fierté. En revanche, leur patience résiste moins à l’épreuve de la pluie qui nous claque les joues et dégouline de nos nez quand je leur demande de prendre la pause. Le temps d’acheter une boule de neige bientôt cassée et du savon au lait d’anesse auquel Lalie a développé une allergie (rouge comme son blouson), nous mangeons dans le resto populaire au pied du phare.

 

On a bien tenté la photo à 4… mais seulement les grands ont tenu bon !

 

1er essai

2ème essai

dernier essai avec les filles

 

 

Plage de la Conche des baleines… que pour nous

 

S’il y a bien une expérience dont je me passe avec plaisir, c’est bien les plages bondées. La plage de la Conche, s’étend du phare des Baleines jusqu’aux Portes-en-Ré. L’été, elle permet aux amateurs de Kitesurf, bodyboard, cerf-volant, pêche, pêche à pied et planche à voile de trouver leur bonheur. C’est l’automne, il pleut, nous profitons d’une belle vue sur les phares.

Nous croisons un père avec sa fille et un peu plus loin un surfeur… Quel plaisir de se trouver ainsi seuls ou presque. Chacun trouve sa place, marche, s’arrête, contemple, écoute, prend son temps, parle puis se tait… et bien sûr s’amuse.

 

 

 

C’est pas beau l’amour ?

 

Mais c’est bien aussi…

… de s’éclater…

… et de se marrer

… avant de repartir…

… avec un bel esprit de conquête…

… vers des beautés sauvages

 

 

Novembre : l’île de Ré offre une magnifique respiration au milieu de l’automne, quel que soit le temps. Sans doute reviendrons nous y goûter à une autre saison… sûr que les saveurs y seront différentes et tout autant appréciables.

 

L’instant Romane

 

A l’île de Ré on a fait une chasse au trésor dans Saint Martin je crois. C’était compliqué. Moi perso, j’ai rien compris, je me suis plutôt concentrée sur les feuilles mortes par terre je marchais dessus c’est trop bien !

Il y avait un paysage magnifique c’était trop cool au bord de la mer. Y’avait des vagues énormes (pas du tout). Nous sommes montés dans un clocher, il y avait une de ces VUES !!!!! Après (enfin avant) on est allés dans une thalasso. On est allés dans un hammam papa a dis « pas plus de deux minutes » j’y suis resté 40min 😑. Ca sentait les huiles essentiels, trop bien. Avec Lalie on regardait les pierres qui faisaient le chaud. Elle les a touchées et elle s’est brûlée la pauvre ! Après je suis allée dans un sauna 20 sec, c’est pas beaucoup mais je crevais de chaud. Ensuite, nous sommes allés dans une piscine d’eau salée. Je sais que c’est bizarre mais c’étais cool il y avait des trucs pour faire du sport, des vélos et j’en ai fait. C’était compliqué en plus j’étais trop petite en taille donc j’étais déçue. Il y avait aussi un passage pour aller dehors mais toujours dans une piscine. On devait passer par des bandes souples pour passer dans la piscine de dehors, trop cool, c’était trop bien, j’ai trop aimé !

 

On est allés dans une maison, il y avait des sacs des sel marin ! Trop cool et en plus on était pas avec les parents, chacun sa chambre, donc on faisait ce qu’on voulait. La chambre étais trop bien et surtout la douche et la télé ! Le matin on est allés prendre le petit dej, c’était trop bon il y avais du pain perdu des céréales etc… C’était COOOOOOOL !!!

On a monté le phare des baleines et dans les escaliers, à tous les virages, maman me disait « ATTENTION NE T’APPROCHE PAS DU BORD !!! » Trop chiant, bref, en haut il y avait un canapé, heureusement j’en pouvais plus et Lalie aussi on s’est assises dessus, bon OK on s’est allongées dessus.

 

Ensuite, on est allées voir le paysage. C’était trop beau. Y’avait la mer et d’autres choses… je sais plus. Après on est allés manger dans un resto qui s’appelait « le phare des baleines ». Bien sûr c’était le nom du phare, en tout cas c’était trop bon. Je crois que c’était une des rares fois ou j’ai fini mon assiette pour dire comment c’était bon mais pas aussi bon que  » DA MARIO » à Bruges !

Après on a acheté des savons qui sentaient trop bon moi j’ai pris au fruits rouges j’ai hésité avec la fleur de coton en tout cas je l’ai toujours et des fois je le sens j’étais trop contente c’était, je pense, un des voyages que j’ai préféré.

Week-end automnal sur l’Île de Ré
Week-End à Bruges
Un coup au Temple Bar
Un break sur la plage de White Rocks
Trinity College : les savoirs éternels
Tollymore Forest Park – chez les Stark
Titanic Belfast Experience
The gobbins, petite aventure en bord de mer
Spraoi : le festival de Waterford
Ring of Kerry… sous la flotte
Préparer votre voyage en Irlande
Powerscourt Cascade
My Goodness, my Guinness !
Mussenden Temple : hors du temps
Muckross, le romantisme d’un conte pour enfant
Magnifique péninsule de Dingle
Lough tay : un lac de Guinness dans les montagnes ?
L’horreur de la famine irlandaise à Doolough Valley
Les magnifiques jardins de Powerscourt Estate
Les magnifiques croix de Monasterboice
Les leçons de la préparation au roadtrip en Irlande
Les irlandais
Dur d’être papa aux falaises de Moher
L’émerveillement de la porte d’Ishtar
Le surprenant Château de Brézé
Le monastère de Glendalough
Le Connemara n’est pas une légende
Le château de Dunguaire
Ladies view et la cascade de Torc
Guimet : et si vous essayiez le bonheur ?
Étranges sensations devant le mur de la paix de Belfast
Escapade romantique à Fontevraud
Epic : l’émouvant Irish museum of emigration
Enchaînez vos enfants au Dublinia !
Dormir en flottant à Pressac
Déambuler à Cork
Conduire à gauche
Si petits face aux géants
Château d’Ussé, le château de la belle au bois dormant
Botanic garden : so victorian
Au dessus du vide à Carrick a rede
Abbaye de Sligo
Abbaye de Corcomroe
Inishmore, l’île de pierre
17 jours en Irlande

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *