Dormir en flottant à Pressac
Expériences

Dormir dans un village flottant, en berge ou entouré d’eau permet de retrouver calme et quiétude… et d’amuser les enfants

Ghislain (44) et Romane (9)
Equipement : Canon Eos 550D + DJI Osmo mobile 2 + Samsung S8

 

Dans le drame (à peine éclos) du dérèglement climatique, le mois de février a offert des températures avoisinant les 20 degrés dans le Poitou. Une fois la grande avec son papa et la maman partie à l’anniversaire d’une copine avec escape game et foie gras au programme… ne restent que ma puce et moi. Plutôt que de se contenter du parc de Blossac en centre-ville de Poitiers, nous voilà partis à la dernière minute pour le village flottant de Pressac à une petite heure de chez nous. Après une étape à l’abbaye de Nouillé-Maupertuis et une seconde dans une église romane (nombreuses dans la région), nous voici arrivés face aux cabanes de bois, flottants sur le lac, amarrées ou accessibles que par barque.

 

Expérience de l’essentiel

 

Après avoir déposé nos affaires, nous repartons pour visiter Oradour sur Glane, 50 minutes plus loin pour un moment moins réjouissant, mais c’est une autre histoire. Au retour nous prenons nos quartiers, la nuit tombée. Romane est enchantée, pourtant le tout est très rustique comme nous le sentions déjà après avoir signé la décharge : pas de bruit après 23h, pas de lumières supplémentaires aux deux discrets spots répartis entre la chambre et la salle de bain (mais ils nous prêtent quand même une lampe frontale), obligation d’avoir un téléphone chargé, pas de baignade dans le lac… Pour le reste, une simple prise usb pour recharger nos appareils, des toilettes sèches (avec un sac de rechange) et un tout petit miroir pour tenter de se faire beau(x) – inaccessible à Romane.

 

 

Mais en fait tout est là, la rusticité fait partie du concept, nous ne sommes pas là pour exister à nous même ou aux autres mais pour nous connecter à un bout de nature… engagement tenu, cela n’a pas grand chose à voir avec Center Parcs même si j’aurais bien pris un bout de forêt en plus car passés quelques mètres au delà du lac, nous sommes au milieu des champs.

 

Canards et autres volatiles

 

La nuit fut très apaisée, j’ai évité avec dextérité les coups de boule de Romane dans son sommeil. Les cliquetis de l’eau, remplacés au petit matin par les chants des oiseaux… puis par les pas de certains d’entre eux sur le toit et les coups de bec de canards dans la cabane. Les canards justement nous ont très vite repéré au réveil. Je me suis levé tôt pour tenter (tenter est un mot doux qui sous entend “échouer”) un timelaps de lever de soleil sur l’eau… sans doute trop tard. Pas fous, ils viennent réclamer à manger. Notre panier de petit déjeuner ne nous est pas encore parvenu mais il nous restait du pain de mie (pour un week-end pas très diététique de sandwichs). Romane s’en est donnée à coeur joie, le meilleur moment de son week-end, c’était quand même plus drôle qu’Oradour. Elle a provoqué des bagarres de canards entre Bernard, Maurice et Monique… parmi les noms qu’elle a attribués aux bipèdes palmés.

 

Arrive enfin le généreux petit-déjeuner, premiers sur la liste de la tournée en véhicule électrique, précédant les livraisons par bateau. Les matins sont encore trop frais pour que nous en profitions dehors.

Une fois les affaires rangées, on part pour une balade sur le lac à force de coup de rames bien désordonnés. Nous naviguons autour des cabanes, on évite péniblement un abordage non désiré, les canards nous poursuivent… notre maladresse nous amuse beaucoup plus qu’elle nous agace mais c’est non sans une certaine fierté bien futile que je parviens à ramener la barque à bon port… je ne sais pas si nous sommes prêts pour passer au canoë, mais ça me tente plus que jamais.

 

 

 


 

L’instant Romane

 

Le village de Pressac par Romane:

Une fois Lalie (ma soeur) chez son père et maman partie à un anniv’, papa et moi on est allé au village flottant de Pressac (trop cool sur la photo !) 👌 Mais tout d’abord on va aller au village d’Oradour sur Glane ,je n’ai que 9 ans donc j’ai pas tout compris pour mon âge, bref ça m’a pas plu. Une fois sur la route on s’arrête manger des hamburgers (bien sûr faut pas le dire à maman)🙄 . Bon bref on mange au bord de la Vienne après on rentre au petit village flottant. On joue à  Catane Duel et Uno en entendant les canards et les oiseaux qui donnent des coups de becs . Après on va se coucher dans la même chambre donc moi qui dandine ma tête et papa qui ronfle et qui se lève toutes les 30 secondes.

 

Bon le matin on se lève et on va dehors, les canards arrivent, je leurs donne à manger pendant que papa me dit “ne vas pas devant la caméra”. Après on joue et on va faire de la barque c’était trop bien. Il y avait les canards qui nous suivaient, on ramait et tout bref une heure de plaisir. Après on est parti faire une chasse au trésor (terra aventura), c’était pas mal mais on avait loupé une étape donc, les autres personnes qui faisaient la chasse nous ont donné la réponse mais, à la fin, on avait tout bon mais ça marchait pas, car on a pas appuyé sur les coordonnées GPS. Bon on a ragé et les autres nous ont aidé, et on a trouvé une bouteille avec des pins souvenir à l’intérieur.

 


 

Autour du village

 

Les activités sont rurales : vélo, randonnées, pêche, centre d’interprétation et sentier pédagogique, vous pouvez aussi vous risquer au bain nordique. Au delà, les centres équestres pullulent et traduisent une vraie tradition régionale à laquelle je suis plutôt étranger. Confolens est à 15 minutes et vaut vraiment le détour et un peu plus. Au delà, au nord, vous vous épanouirez à Poitiers, sa ville médiévale, ses églises romanes et le Futuroscope. Au sud le parc naturel régional Périgord-Limousin (je compte me rendre prochainement à Rochechouart pour son château et musée). A l’est Limoges est à une heure et évidemment Oradour sur Glane à 45 minutes.

Une expo au Life de St Nazaire !
Titanic Belfast Experience
The gobbins, petite aventure en bord de mer
My Goodness, my Guinness !
L’horreur de la famine irlandaise à Doolough Valley
Les lieux de mémoire
L’émerveillement de la porte d’Ishtar
Guimet : et si vous essayiez le bonheur ?
Étranges sensations devant le mur de la paix de Belfast
Escapade romantique à Fontevraud
Epic : l’émouvant Irish museum of emigration
Dormir en flottant à Pressac
Conduire à gauche
Amour et morts vivants

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *