Ghislain, soif d’humanité
Rencontres

J’ai grandi avec curiosité et l’esprit ouvert.
Aujourd’hui, je prolonge cette passion pour la terre comme pour les hommes.

Nourri à la maison

 

J’ai grandi avec des parents passionnés de voyages et une mappemonde accrochée au dessus de mon bureau. Je ne sais pas comment elle s’est retrouvée là. D’où vient cette idée, si c’était un pari spontané ou un plan ourdi avec intention manipulatrice… mais elle m’a accompagné, depuis mes plus jeunes années.
Et j’en ai passé des années à éviter de trop m’investir dans mes devoirs, enfermé dans ma chambre à devoir les faire… alors je levais les yeux et je m’évadais.

 

Nourri à l’école

 

J’avais des matières pénibles et d’autres faciles.. A l’école primaire, selon les exercices, je travaillais vite pour finir en premier. Les plus rapides pouvaient lire, moi j’allais scruter la mappemonde sur le mur du fond… et je m’évadais à nouveau… je voyageais. Je parcourais les pays, apprenait les capitales, découvrait des incongruités : les îles Sandwich du sud, l’île Clipperton, française, au milieu de nulle part, l’enclave russe de kaliningrad… Et quand je suis surpris, je cherche à comprendre : James Cook nomme des îles en hommage au Comte Sandwich, premier lord de l’amirauté (et friand de mets auquel il a laissé son nom), Clipperton fut exploitée pour son guano, l’enclave russe est un des curieux fruits de la seconde guerre mondiale.

 

Derrière chaque nom, une histoire et derrière chaque histoire, une parcelle d’humanité.

 

 

Nourri aux voyages

 

Mes parents m’ont donné cette grande chance de donner corps à certains lieux et j’ai eu le privilège de parcourir de nombreuses destinations avec eux.

Depuis la nature, les voyages et les humanités me passionnent : j’ai faim !

Cette culture fait partie de ma personnalité. Aujourd’hui, j’ai mis une mappemonde au dessus du bureau de ma fille… elle gratte les destinations visitées.

Un an de dépaysement total dans la campagne taiwanaise à 17 ans
Romane, une boule d’énergie
Les irlandais
Inalco : la passion de l’autre
Ghislain, soif d’humanité

287 commentaires

19 Trackbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *