L’horreur de la famine irlandaise à Doolough Valley
Expériences

Un lieu sublime pour un drame insoutenable.
400 morts de froid et de faim en 1849

Roadtrip de 17 jours en Irlande
Ghislain (43), Amélie (39), Lalie (13) et Romane (8)

Equipement : Canon Eos 550D + DJI Osmo mobile 2 + Samsung S8

 

Parvenus à Leenaun au cours de la boucle du Connemara, une langue de mer se faufile entre les montagnes. Nous quittons la boucle  pour rejoindre plus au nord Doolough Valley. Ce détour nourrit cette recherche d’humanité et le drame qui me touche trop souvent. Nous longeons la mer comme si elle était un lac en parcourant une belle route sinueuse avant de se tourner à nouveau vers les terres. Nous arrivons enfin dans ce lieu sublime, calme, presque lunaire avec si peu d’arbres. Le lac DooLough semble tout pressé dans sa largeur par les deux cols qui l’entourent. Aucune activité humaine ne semble pouvoir perturber les lieux.

 

 

Pourtant, un mémorial, le Famine Memorial se dresse au milieu de nulle part. Droit, humble, sobre, sans grandiloquence, il nous interpelle et nous invite au recueillement. Ici dans la nuit du 30 mars 1849. Alors que la famine frappe le peuple irlandais avec la complicité des autorités anglaises, une colonne d’affamés est refoulée d’un lieu d’aide avec l’injonction de rejoindre un autre lieu 20km au nord pour bénéficier de nourriture. Déjà affaiblis par la malnutrition, la colonne s’engage avec leur reste d’instinct de survie, à travers la nuit, le mauvais temps et le froid… 400 morts.

 

Une marche annuelle pour le souvenir

 

Chaque année, la Doolough Famine walk, entre Louisburgh et Doolough est organisée pour commémorer l’événement. Le mémorial port cette phrase de Gandhi « How can men feel themselves honoured by the humiliation of their fellow beings ? » (Comment les hommes peuvent-ils se sentir honorés par l’humiliation de leurs semblables ?).

 

Cette famine et cette marche font écho à une triste marche quasi contemporaine de peuples indiens (tribu Choctaw). La moitié (ou le quart) des 21000 indiens périrent dans des conditions aussi épouvantables qu’en Irlande, c’est la piste des larmes. Une quinzaine d’années plus tard, les survivants se cotisèrent pour envoyer 170 dollars aux victimes irlandaises (équivalent aujourd’hui à plusieurs dizaines de milliers). En 1990, des Choctaw ont participé à la première marche annuelle commémorative de Doolough. Deux ans plus tard, des irlandais ont participé à la marche de 500 km allant d’Oklahoma au Mississippi. Solidarités dans la douleur.

Nous rejoignons à nouveau Lenaun pour reprendre la Connemara loop et ses paysages enchantés mais la transition est bien difficile et nous allons rouler un moment avant d’avoir envie de redescendre de la voiture.

 

Lire aussi

 

 

 

Une expo au Life de St Nazaire !
Titanic Belfast Experience
The gobbins, petite aventure en bord de mer
My Goodness, my Guinness !
L’horreur de la famine irlandaise à Doolough Valley
Les lieux de mémoire
L’émerveillement de la porte d’Ishtar
Guimet : et si vous essayiez le bonheur ?
Étranges sensations devant le mur de la paix de Belfast
Escapade romantique à Fontevraud
Epic : l’émouvant Irish museum of emigration
Dormir en flottant à Pressac
Conduire à gauche
Amour et morts vivants

266 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *